Lettre d'info #12 (Un long silence)

Bonjour à toutes et à tous

Ce n'est jamais facile de briser un long silence.

On s'habitue à lui.

Il finit par remplir tout l'espace.

Il devient rassurant.

Maitrisable.

En premier, il recouvre d'un voile.

Il protège, il soulage.

Le silence et la protection d'une bulle sont parfois plus que nécessaire.

Pour faire face à l'absence.

La mort.

La disparition, même lorsque l'on s'y prépare, n'est pas chose aisée.

Matériellement, la disparition bouscule les emplois du temps.

Mais c'est notre rapport au temps qui tangue, boit la tasse et peut chavirer.

Ne rien faire, ne rien dire est une réaction.

Elle n'est pas la seule.

Elle n'est pas la meilleure.

Elle n'est pas la moins bonne.

Elle est une réaction et elle est simplement juste, puisque propre à chacun.

Ainsi, les jours peuvent se transformer en semaines.

Les semaines en mois.

Et les mois durer toute une vie.

Le voile du début est devenu un manteau.

Il peut être une armure, une carapace.

Tôt ou tard, il sera prison.

Pour honorer un déni, le mental menteur fera de ces quatre murs un palais.

Ou d'une plaine immense un cachot humide et froid.

Ce silence deviendra notre silence.

À notre image.

Comme nous.

« Il nous comprend, lui ».

On le croit être un guide.

Il est seulement une chaine.

Les silences naissent aussi des petites choses de la vie.

D'un geste.

D'une phrase.

D'un acte manqué.

De ce que l'on pense nécessaire pour être.

De cet impérieux besoin de reconnaissance.

Cheval fougueux des steppes ou bourrique du fond des mines ?

Plus le monde fait de bruits, plus nous sommes sourds.

Écoutons ce qu'il veut nous dire.

Pas ce que nous aimerions entendre.

Non.

Pas ce que nous pensons qu'il va nous dire.

Non.

Pas ce que nous pourrons ranger dans les casiers validés de la connaissance.

Non.

Écoutons ce qu'il veut nous dire.

Ce qui n'a pas de sens.

Ce qui semble irréel.

Loin des vérités scientifiques.

Écoutons le battement du monde au fond de nos ventres.

Sait-on encore mettre des mots sur des sentiments qui nous traversent ?

Sait-on seulement que des sentiments nous traversent ?


Je suis heureux de vous retrouver.

Après ce silence.

Trop long silence ?